humour

  • Rien de mieux qu'un bon bol d'air pour oxygéner sa créativité ...

    Vacances à la neige oblige avec ma copine Stef la Triplette et notre famille recomposée pour l'occasion en "mère à trois têtes" (Stef, ma mère et moi), et nos 4 mioches (mes 2 filles, mon neveu et celui de Stef) et Lili (ma chienne), on ne s'est pas ennuyés du tout.

    A nous les pentes enneigées façon colonie de l'ESF (l'année prochaine j'adopte la combi rouge), et les 4 repas par jour (ben quoi le sport, ça creuse). A nous la luge tendance du moment : snake gliss (six luges attachées les unes aux autres formant une chenille) avec bibi aux commandes. Fallait juste avoir confiance... Moralité, j'ai pris 3kg et je suis rentrée avec des courbatures et des bleus partout.

    Mais c'était super sympa, ce séjour nous a remis sur pied. En forme, bronzée et motivée, me voilà de nouveau prête pour des tas de nouvelles idées et créations.

    Faute de temps, je n'ai rien à vous montrer ce soir, mais je vous propose de découvrir notre calendrier 2011, dont je n'ai pas eu le temps de vous parler en janvier CALENDRIER 2011.pdf

    Nous l'avons réalisé avec la participation des commerçants de notre quartier, et nous nous sommes régalés à poser en pin'up des années 50. Je pose sur la page de Mars et Stef est en Mai. J'ai réalisé la couverture avec la graphiste qui pose en Août.

    Prenez le temps de lire les citations, et appréciez, ou destetez ...

  • "Mode d'emploi du mari" 2ème extrait

    Je vois que vous avez aimé cette petite lecture, donc voici la suite : bonne lecture !

    "Ce que toute jeune personne devrait savoir avant le mariage"

     Si ce tableau idyllique, symbole de ce que le futur mari attend de vous plus ou moins consciemment, ne vous fait pas dresser les cheveux sur la tête et si vous vous sentez toujours la vocation du mariage, bravo! Votre courage et votre sens des responsabilités sont au-dessus de tout éloge.

    Vous êtes mûre pour jouer, à votre tour, au jeu des portraits. De nombreux renseignements pratiques recueillis aux meilleures sources, l'observation et l'expérience personnelle nous ont permis de vous proposer quelqeus types de maris assez répandus. Cela pour vous faire prendre conscience immédiatement de certains traits de carctère que vous ne soupçonnez peut-être pas.

    Sachant à quelle sorte de nature vous avez affaire, vous l'aiderez à épanouir une personnalité en sommeil mais qui ne demande qu'à se révéler.

    Le marathonien à prendre ou à laisser.

    Joue tous les dimanches matin au foot avec une équipe de copains. A le culte de l'amitié poussé à l'extrême. Ses amis sont sacrés, et Brassens est son dieu (loin de nous l'idée de le lui reprocher). N'envisage les vacances que sous la tente, assorties de marches forcées, de pêche au lancer ou d'escalades réparatrices. Abonné à Tintin.

    L'intellectuel dans le vent.

    Lit "Le Monde" de la première à la dernière ligne sans faiblir, tous les soirs. Commence invariablement ses phrases par "le problème est complexe". Adepte de la musique concrète, de la peinture abstraite, du nouveau roman et du cinéma-vérité. Caresse le projet d'aller visiter l'Afghanistan ou la Laponie dans les années à venir; pour cet été, vous devrez vous contentez de quinze jours à Ouessant ou aux îles Chausey, de préférence pendant les grandes marées.

    Le sportif Récamier.

    Spectateur fanatique de "Sport Dimanche", suit tous les matchs à la TV de son fauteuil relaxe. En sort épuisé. Risque de mourir d'une attaque si la France perd le Tournoi des 5 Nations . Narre des combats épiques qui commencent toujours par "nous n'étions plus que douze hommes valides sur quinze... Alors nous leur avons fait voir ...". Abonné à l'Equipe. Se dope avant chaque match.

    {{{{Parenthèse : Au secours, celui-là c'est le portrait tout craché de mon fils de 18 ans ... C'est grave, Docteur ????}}}}}

     L'engagé de choc.

    C'est un mâtiné de Robespierre et de Saint-Just. Il vous enrôlera pour coller nuitamment des affiches lors de la prochaine campagne électorale. De gauche ou de droite, il prend position avec véhémence, pour ou contre les Chinois, la force de frappe, le tiers-monde ou le Marché commun. Fera un jour ou l'autre de la prison pour des "raisons valables".

     Le féerique radieux.

    Vous berce de projets hallucinants qui ne devraient pas tarder à vous apporter une fortune rapide, tels le moulin à gruyère râpé géant, l'élevage intensif de chinchillas en appartement ou l'exploitation d'une chaîne de distribution automatique de confettis. Achète toutes les semaines un billet entier de la Loterie nationale. Garde une grande tendresse pour le savant Cosinus, les Trois Mousquetaires et Donald Duck.

    Le "gouverner c'est prévoir".

    Généralement sorti en rang médiocre d'une grande école, il ne fait rien sans planning: votre vie à tous deux est tracée 25 ans à l'avance. Ne vous emmène pas en voyage sans une préparation d'au moins 6 mois et une "étude de marché" qui vous ôtera jusqu'à l'envie de partir. Met un point d'honneur à payer son tiers provisionnel 15 jours à l'avance (au bas mot). Passe chaque premier de l'an à revoir son testament et ses contrats d'assurances. Lit "Entreprise" et "Le Particulier".

    L'autodidacte famélique.

    Est fier de s'être fait tout seul. Sa bible est la collection "Que sais-je ?" qu'il possède au complet. A des pointes de col qui rebiquent, des pantalons dont le pli n'est plus qu'un souvenir et une susceptibilité ombrageuse. Bronze mal. S'inscrit - et vous inscrit - pour les vacances à un club culturel miteux opérant des fouilles archéologiques dans la riante campagne du nord de Troyes. Vous vous y rendez à tandem, par les V.O. et les sentiers forestiers uniquement.

    Le "tempes grises trois fourchettes".

    Plus tout jeune, mais encore mince, fringant et assez content de soi. Abonné à "Life" et "Connaissance des Arts". Saupoudre toutes ses salades de levure de bière pour garder la forme. Utilise les haltères en cachette. Possède un carnet de bonnes adresses constamment tenu à jour. Connaisseur en voitures et en vins, croit connaître les femmes. Cap d'Antibes et Festival d'Aix.

    Le sentimental attardé.

    Profondément marqué par les lectures de son enfance, notamment "La case de l'oncle Tom", "Sans famille", "Les Petits cinq" et "Paul et Virginie". Vous a fait don, les larmes aux yeux, le jour de vos fiançailles, d'un collier constitué de ses chères petites dents de lait. Vous tient la main à "Manon" et sanglote aux "Parapluies de Cherbourg". Tenté par un pèlerinage à Sainte-Hélène ou à Vérone, dépasse rarement Gambais.

    Le yéyé frénétique.

    N'hésitera pas à engager votre bague de fiançailles au clou pour s'acheter une nouvelle guitare électrique et le dernier disque de Johnny. Méprise les Beatles, qu'il traite de lavettes. Rêve de la dernière Harley Davidson. Vacances à 7 km de Saint-Trop' dans une chambre sans eau, avec une dizaine de copains.

    Ne vous étonnez pas de ce que cette classification a d'arbitraire : elle vise surtout à vous servir de loupe grossissante. Dites-vous aussi qu'il existe peu de types purs. Vous pouvez tomber sur un marathonien féerique ou un sentimental Récamier. L'essentiel est d'épouser un garçon dont les défauts même vous inspirent de la sympathie. C'est capital si vous voulez réussir l'éducation du mari.

    Comme disait Humphrey Bogart, qui s'y connaissait : "Le mariage, c'est comme n'importe quel travail : c'est beaucoup plus facile quand on aime le patron."

    Pour ma part, le mien est un peu complexe, comment dire, ce serait bien une "compil" à lui tout seul, donc pas facile à éduquer. C'est bien ce que je me disais, au bout de 27 ans : il faut que j'aime ses défauts autant que ses qualités ! Pour une info, c'est une info, ça va drôlement m'aider. Ok, mais en attendant, c'est qui la patronne ??? ...

    A suivre...

  • Petite lecture "vintage"...

    Voici un extrait d'un livre datant de 1966, "Comment élever et soigner son mari", sur lequel je suis tombée un jour par pur hazard lors d'un vide-grenier, et dont je fais régulièrement lecture des passsages les plus croustillants à mes ami(e)s. Je ne pouvais plus résister à l'envie de vous en faire profiter. Puissiez-vous passer un moment agréable et être inspirées en lisant ces quelques lignes :

    "Portrait de l'épouse idéale par un futur jeune mari"

     

    "L'épouse est la femme forte de l'Evangile ; le matin la trouve debout, aussi fraîche qu'une fleur en bouton, un noeud de satin rose nouant ses cheveux blonds comme des blés. Dès l'aurore, vêtue d'un vaporeux déshabillé, elle vaque aux soins du ménage avec des gestes gracieux.

    Lorsque le mari quitte la salle de bain, il trouve l'épouse qui l'attend en souriant devant un petit déjeuner à l'anglaise servi sur une nappe brodée ; les oeufs frits, les croissants chauds (que , de son pas dansant, elle est allée chercher chez le pâtissier proche) et le chocolat fumant sont d'une grande douceur au coeur du mari.

    L'épouse ne va jamais chez le coiffeur, et cependant sa chevelure est toujours ravissante ; sans maquillage, elle éclipse par son éclat les beautés les plus célèbres. L'épouse, d'ailleurs, demande très rarement de l'argent au mari. C'est une fée, qui taille et coud elle-même, dans des cotonnades fleuries et inusables achetées en solde au marché Saint-Pierre, des robes qui semblent sortir du faubourg Saint-Honoré. Elle cuisine à merveille, et pour presque rien, des plats succulents, et le mari trouve chaque soir sur sa table une tarte de pâte fine que l'épouse a pétrie avec amour, ses bras frais et bruns joliment saupoudrés de farine.

    Tout brille dans la maison, car encaustiquer les meubles est pour l'épouse une joie de tous les instants; partout, des fleurs : l'épouse les aime tant qu'elles poussent, sur le petit balcon pourtant exposé au Nord, mieux que dans une serre.

    Après le dîner, l'épouse se met au piano et berce le mari de mélodies légères et parfois mélancoliques, tandis qu'il fume une pipe d'Amsterdamer, son chien fidèle couché sur ses pieds.

    L'épouse reçoit comme une femme du monde qui aurait, en plus, le coeur de la Madelon. Aussi la maison est-elle sans cesse remplie d'amis charmants; ils dévorent à belles dents les soupers fins qu'elle sait préparer en un tournemain, joyeusement et sans peine, car elle a toujours un placard plein de conserves (qu'elle fait elle-même durant l'été) qui peuvent répondre à tous les imprévus.

    L'épouse sait ravir constamment le mari, qui trouve en elle toutes les femmes. Elle a l'éclat d'Ursula Andress, la plénitude de Brigitte Bardot, et la séduction d'Audrey Hepburn. D'ailleurs, si, dans un moment de distraction, le mari courtisait une autre femme, l'épouse saurait fermer les yeux, tendrement, car l'épouse comprend tout, pardonne tout.

    Même les discussions politiques sont un plaisir quand l'épouse y participe (sans d'ailleurs jamais s'imposer). Sa culture en ce domaine le dispute à son impartialité et à son sens de l'Histoire. Elle sait sur tous les hommes célèbres des anecdotes charmantes (et nullement triviales) qu'elle conte à ravir.

    Chaque samedi, l'épouse fait gaiement la lessive familiale. "C'est si bon, dit-elle, d'avoir les mains dans l'eau ... D'ailleurs, les produits détergents adoucissent la peau ! " Bientôt, le beau linge blanc est rangé dans l'armoire en piles régulières, parfumé de sachets de lavande et noué de rubans bleu pâle du plus heureux effet.

    L'épouse ne vieillit pas en dépit des années, car son rire clair résonne tout le jour dans la maison, et son doux sourire est plein de jeunesse.

    Et quand, ses huit enfants mariés, elle meurt, après une vie de devoir et de bonheur, c'est si discrètement que le mari s'en aperçoit à peine."

    On revient de loin les filles ... j'attends vos commentaires ...